Accueil > Séminaires d’Astrophysique > Automne 2005 > Les phases précoces de la formation des étoiles massives dans le complexe de nuages moléculaires Cygnus X

 

Les phases précoces de la formation des étoiles massives dans le complexe de nuages moléculaires Cygnus X

Frédéric Motte (Service d’Astrophysique du CEA)

Par Stephane Charpinet - 14/01/2007

 

Séminaires d’Astrophysique

de l’Observatoire Midi-Pyrénées


Séminaire de 

Frédéric MOTTE

(Service d’Astrophysique du CEA)


Jeudi 13 Octobre 2005 à 14h

LATT - Salle Jules Verne


Les phases précoces de la formation des étoiles massives dans le complexe de nuages moléculaires Cygnus X


Les etoiles massives (ou etoiles OB, > 8 Msun) sont une composante primordiale du bilan energetique des galaxies. Or ce que nous connaissons de la formation de ces etoiles est tres limite, notamment pour les phases les plus precoces. Je presenterai l’etude multi-longueur d’onde que mes collaborateurs et moi-meme avons entreprise sur un complexe moleculaire proche (1.7 kpc) qui forme activement des etoiles massives : Cygnus X. Nous avons utilise la camera de bolometres MAMBO-2 sur le telescope de 30m de l’IRAM pour effectuer la cartographie complete de ce complexe (3 deg²) en continuum millimetrique. Cette etude systematique a revele de nombreuses sources millimetriques sans emission infrarouge mais aussi massives et compactes que les protoetoiles massives dites infrarouges (c’est-a-dire detectees par le satellite IRAS). Des observations complementaires de ces sources sont en cours dont notamment la recherche de raies moleculaires au telescope de 30m et a l’interferometre de l’IRAM. Les resultats preliminaires suggerent que la majorite des sources millimetriques massives mais sans emission infrarouge presentent au moins une signature d’activite protostellaire (par exemple un flot, un "hot core", un maser, un effondrement gravitationnel). Ces sources sont donc d’excellents candidats pour etre les analogues massifs des protoetoiles de classe O, c’est-a-dire des objets dans la phase la plus precoce de la formation des etoiles massives. L’etude multi-longueur d’onde que nous effectuons sur le complexe entier de Cygnus X nous a donc permis de decouvrir une nouvelle population de protoetoiles massives, plus jeunes que celles dites infrarouges et qui sont connues depuis 10 ans. Grace a la nature non biaisee de notre etude du continuum millimetrique, nous suggerons que la phase des protoetoiles massives sans emission infrarouge (ou submm) dure aussi longtemps que celle des protoetoiles fortes en infrarouge. Nous avons commence le meme genre d’etude pour d’autres complexes de nuages moleculaire situes a des distances galactiques intermediaires (1-3 kpc). Ces etudes ont ete definies en relation etroite avec un programme-cle du temps garanti du satellite Herschel.

 

 

[Page Précédente] [Dans la même rubrique] [Sommaire]

 

 

Site du CNRS Logo OMP
Logo UPS
Logo INSU-CNRS

Annuaire

Rechercher

Sur ce site



Bibliotheque

Laboratoire Astrophysique de Toulouse - Tarbes (UMR5572)

CNRS (Midi-Pyrénées)

Univ. Paul Sabatier

Liens utiles

Accueil Imprimer Contact mail Plan du site Crédits