Accueil > Séminaires d’Astrophysique > Transits exoplanétaires et oscillations stellaires. Les premiers résultats de CoRoT et le projet PLATO à l’ESA

 

Transits exoplanétaires et oscillations stellaires. Les premiers résultats de CoRoT et le projet PLATO à l’ESA

Claude Catala (LESIA)

Par Stephane Charpinet - 27/03/2008

 

Séminaires d’Astrophysique

de l’Observatoire Midi-Pyrénées


Séminaire de

Claude CATALA

 (LESIA)

Jeudi 27 Mars 2008 à 10h

OMP, salle Jules Verne


Transits exoplanétaires et oscillations stellaires. Les premiers résultats de CoRoT et le projet PLATO à l’ESA

CoRoT, lancé le 27 décembre 2006, nous fournit depuis plus d’un an des courbes de lumière d’une qualité inégalée pour des dizaines de milliers d’étoiles. L’impact majeur de cette mission repose sur les performances uniques d’un tel instrument spatial, en termes de précision photométrique, de durée de suivi pour les étoiles observées, enfin de taux de continuité du suivi photométrique.

Le double objectif de CoRoT est d’une part la détection et la caractérisation d’un grand nombre de planètes de toutes tailles, y compris de petites planètes telluriques, par la mesure des signatures de leurs transits devant leurs étoiles-hôtes, et d’autre part de sonder l’intérieur des étoiles par analyse sismique, en détectant et mesurant leurs modes propres d’oscillation.

Dans une première partie de l’exposé, je rappellerai les grandes caractéristiques de la mission CoRoT, et je présenterai quelques-uns des tous premiers résultats, encore préliminaires.

L’exploitation scientifique de CoRoT, bien que très prometteuse, se trouvera limitée par plusieurs facteurs :

- la durée des observations continues est limitée à 5 mois,
- le nombre d’étoiles dont CoRoT pourra étudier les oscillations avec une très grande précision est limité à quelques dizaines seulement,
- les étoiles pour lesquelles CoRoT détecte des transits planétaires sont relativement faibles, ce qui rend difficile leur caractérisation précise, et donc limite notre connaissance des caractéristiques des planètes.

C’est pour dépasser ces limitations que des missions photométriques de deuxième génération sont en préparation (Kepler) ou en projet (PLATO). PLATO notamment, proposée dans le cadre du programme Cosmic Vision de l’ESA, permettra une avancée décisive dans les domaines de la recherche d’exoplanètes et de l’étude de l’évolution stellaire. Avec PLATO, nous pourrons en effet détecter un très grand nombre de transits exoplanétaires pour des étoiles brillantes, dont nous pourrons en même temps effectuer une analyse sismique avec les mêmes données photométriques spatiales, tandis que leur étude spectroscopique fine sera possible depuis le sol. C’est ainsi que les exoplanètes découvertes par PLATO pourront être caractérisées complètement, en particulier que nous pourrons mesurer précisément leur taille, leur masse et leur âge, nous fournissant une vision statistique complète des systèmes exoplanétaires. Par ailleurs, PLATO permettra d’effectuer une analyse sismique de plus de 100000 étoiles de tous types, conduisant à des avancées majeures dans le domaine de l’évolution stellaire.

Dans la deuxième partie de l’exposé, je présenterai les objectifs scientifiques de PLATO, son concept instrumental, ainsi que les performances attendues.

 

 

[Page Précédente] [Dans la même rubrique] [Sommaire]

 

 

Site du CNRS Logo OMP
Logo UPS
Logo INSU-CNRS

Annuaire

Rechercher

Sur ce site



Bibliotheque

Laboratoire Astrophysique de Toulouse - Tarbes (UMR5572)

CNRS (Midi-Pyrénées)

Univ. Paul Sabatier

Liens utiles

Accueil Imprimer Contact mail Plan du site Crédits