Accueil > Séminaires d’Astrophysique > Le vent des pulsars : émission pulsée, accélération et reconnexion magnétique

 

Le vent des pulsars : émission pulsée, accélération et reconnexion magnétique

Jérôme Pétri (CETP)

Par Stephane Charpinet - 9/04/2008

 

Séminaires d’Astrophysique

de l’Observatoire Midi-Pyrénées


Séminaire de

Jérôme PETRI

(Max-Planck-Institut für Kernphysik, Heidelberg, Allemagne)

Jeudi 29 Mai 2008 à 11h

CESR


Le vent des pulsars : émission pulsée, accélération et reconnexion magnétique

Bien que découverts il y a près de 40 ans, les pulsars restent des objets astrophysiques au fonctionnement énigmatique. On pourrait résumer notre connaissance théorique actuelle sur les pulsars en disant que ce sont des étoiles à neutrons fortement magnétisées et en rotation sur elles-mêmes. En effet, à ce jour, aucun modèle auto-cohérent n’est capable de prédire le spectre d’émission et d’expliquer les processus d’accélération des particules. Néanmoins, un effort important de modélisation de la magnétosphère semble fournir une image satisfaisante d’un pulsar.

Dans cet exposé, je passerai en revue les modèles existants et je présenterai en détail un modèle alternatif d’émission pulsée haute énergie du spectre d’un pulsar, émission reliée à une structure particulière nommée vent strié. Je montrerai que la polarisation de l’émission synchrotron provenant d’une telle géométrie est en accord avec les observations optiques obtenues pour le pulsar du Crabe. L’extrapolation aux plus hautes énergies par diffusion inverse Compton permet d’expliquer les courbes de lumière ainsi que la résolution en phase de la variabilité du spectre de certains pulsars gamma. En effet, je suis capable de reproduire les observations à très haute énergie (>10 MeV) du pulsar de Vela et de Geminga. La mise en service prochaine du satellite GLAST, opérant entre 20 MeV et 300 GeV, permettra une étude plus détaillée du rayonnement gamma et donc des processus d’accélération de particules dans la magnétosphère des pulsars. À terme, une discrimination entre les modèles existants sera possible. Je discuterai aussi du phénomène de reconnexion magnétique supposé être à l’origine de l’accélération des particules dans le vent. Grâce à une étude analytique complétée par des simulations PIC, je montrerai que la majeure partie de l’énergie magnétique est dissipée au niveau du choc terminal, ceci se produisant pour un écoulement suffisamment magnétisé.

 

 

[Page Précédente] [Dans la même rubrique] [Sommaire]

 

 

Site du CNRS Logo OMP
Logo UPS
Logo INSU-CNRS

Annuaire

Rechercher

Sur ce site



Bibliotheque

Laboratoire Astrophysique de Toulouse - Tarbes (UMR5572)

CNRS (Midi-Pyrénées)

Univ. Paul Sabatier

Liens utiles

Accueil Imprimer Contact mail Plan du site Crédits