Accueil > Séminaires d’Astrophysique > Etude en laboratoire des poussières cométaires de la sonde Stardust.

 

Etude en laboratoire des poussières cométaires de la sonde Stardust.

Hugues Leroux (Laboratoire de Structure et Propriétés de l’Etat Solide, Lille) — au CESR

Par Francois RINCON - 30/12/2009

 

Séminaires d’Astrophysique

de l’Observatoire Midi-Pyrénées


Séminaire de

Hughes Leroux

(Laboratoire de Structure et Propriétés de l’Etat Solide, Lille)

Jeudi 28 Janvier 2010 à 11h

CESR


Etude en laboratoire des poussières cométaires de la sonde Stardust

La mission spatiale « Stardust » de la NASA a ramené sur terre un échantillonnage de matériaux cométaires (comète Wild 2). Il s’agit du second programme de retour d’échantillon extra-terrestre depuis les missions lunaires Apollo, dans les années 1970. Les comètes étant les « congélateurs » du système solaire, l’étude en laboratoire des échantillons collectés doit permettre de mieux comprendre l’évolution chimique et minéralogique qui a marqué le passage de la matière interstellaire aux disques protoplanétaires et de connaître les conditions physico-chimiques qui régnaient durant l ?étape de la formation du système solaire. Les études montrent que les échantillons se révèlent être constitués par deux entités de nature différente. La première composante correspond à des silicates cristallins de taille supérieure au micromètre. Leurs compositions suggèrent qu’ils se sont formés proche du Soleil en formation et qu’ils ont ensuite été redistribués dans les régions froides de formation des comètes. Une quantité importante de matière cométaire est à grains beaucoup plus fins et a été très perturbée par les effets thermiques pendant la collecte des échantillons. Les microstructures originelles ont été partiellement détruites mais nous avons pu toutefois montrer que cette matière correspond à des agrégats de grains très fins, submicrométriques, de composition proche de celle des chondrites les plus primitives (de type CI). Ces agrégats représenteraient donc la composante « froide » de Wild 2 dont la nature exacte reste encore à être élucidée.

 

 

[Page Précédente] [Dans la même rubrique] [Sommaire]

 

 

Site du CNRS Logo OMP
Logo UPS
Logo INSU-CNRS

Annuaire

Rechercher

Sur ce site



Bibliotheque

Laboratoire Astrophysique de Toulouse - Tarbes (UMR5572)

CNRS (Midi-Pyrénées)

Univ. Paul Sabatier

Liens utiles

Accueil Imprimer Contact mail Plan du site Crédits